La petite histoire de la courtepointière.

Principale et indispensable collaboratrice du décorateur d’intérieurs ou du tapissier décorateur, la courtepointière effectue tous les travaux de couture nécessaires en décoration.

Outre la confection de rideaux, elle réalise tous types de décors textiles, stores et parois japonaises, couvre-lits, coussins, nappes et tapis de table, bandeaux et draperies, application de passementeries, de volants ou de tous autres décors.

Terme toujours usité en francophonie, mais tombé en désuétude en France, la profession de courtepointier a été rattachée au celle des tapissiers décorateurs.

 

Extrait de l'Encyclopédie de Diderot

 

" TAPISSIERS : m. marchand qui vend, qui fait ou qui tend des tapisseries et des meubles.

La communauté des marchands Tapissiers est très-ancienne à Paris ; elle était autrefois partagée en deux ; l'une sous le nom de maîtres-marchands Tapissiers de haute-lisse, sarazinois et rentrayure ; l'autre sous celui de courtepointiers, neustrés et coustiers.


La grande ressemblance de ces deux corps pour leur commerce donnant occasion à de fréquents différents entr'eux, la jonction et l'union en fut ordonnée par arrêt du Parlement du 11 Novembre 1621 ; et par trois autres des 3 Juillet 1627, 7 Décembre 1629, et 27 Mars 1630, il fut enjoint aux maîtres des deux communautés de s'assembler pour dresser de nouveaux Statuts, et les compiler de ceux des deux corps ; ce qui ayant été fait, les nouveaux statuts furent approuvés le 25 Juin 1636 par le lieutenant civil du châtelet de Paris, sur l'approbation duquel le roi Louis XIII. donna ses lettres patentes de confirmation au mois de Juillet suivant, qui furent enregistrées en parlement le 23 Août de la même année.
"

Atelier de tapisserie  encyclopédie Diderot

 

encyclopédie Diderot décors de lits